Pour ne pas passer entre deux chaises…

Je ne peux pas m’empêcher de le remettre…

Nos ancêtres II

On passe souvent à côté de la section commentaires.

Faut pas!

Ce très beau commentaire de Lynn ce matin qui réchauffe comme un petit café…

Bonjour Pierre,
Ce billet ravive en moi de très beaux et précieux souvenirs…
J’imagine Steve,  épluchant ses courriels, tout en prenant son petit café du matin… J’entends son « Hein, c’est pas vrai !  ça ne se peut pas ! « …
Un pur inconnu, quelque part, avait pris le temps de lui écrire, afin de lui faire part d’une information , si minime soit-elle, concernant possiblement  l’un de ses ancêtres…
Je ressens son étonnement, sa surprise, sa joie, sa fébrilité…  Moment de sa vie qu’il n’oubliera jamais!

J’ai, moi-même, entrepris la même démarche que Steve, à partir d’un simple prénom inscrit sur la pierre tombale de mes grands-parents paternels, pierre tombale trouvée lors d’un  périple dans les cimetières de la Rive-sud de Montréal , le mercredi…

View original post 211 mots de plus

Publicités

Oups… Pris à mon propre jeu Écrivez-moi

Quelle belle surprise j’ai eue ce matin en lisant ton blogue. La passion de la généalogie voisine celle de l’histoire (ma matière préférée à l’école). Je dégusterais tous les matins tes blogues historiques. Plus que des noms et des dates, l’histoire met de la chair autour des personnages. Étant visuelle, chaque mot se transforme en image et reprend vie. C’est merveilleux! Merci beaucoup. 

Lise-Andrée

Tous  les matins…?

Je reprends du galon

Eh oui! Je reprends du galon.

Pas sur ce blogue, mais dans ma carrière d’enseignant. Je suis tuteur depuis janvier. Une de mes élèves est en histoire, et je renoue avec mes premiers amours…

Deux années merveilleuses à enseigner l’histoire à l’école Benjamin-de-Montigny dans les années 70.

Deux années sur 34 années d’enseignement!

Je n’ai jamais parlé généalogie à mes élèves. Je n’avais pas eu la piqûre dans les années 70. Les temps ont bien changé depuis janvier 2008.

Je reprends donc du galon et je peux répondre à Lise-Andrée.

Au début de la colonie, il y avait environ 1200 familles selon mes lectures. Est-ce exact?

Une petite recherche Google aurait permis à Lise-Andrée de trouver la réponse.

Le recensement de 1666 en Nouvelle-France était le premier recensement mené au Canada et en Amérique du Nord. Il a été organisé par Jean Talon, l’intendant de la Nouvelle-France, entre les années 1665 et 1666.

Jean-Baptiste Colbert, le Ministre français de la Marine, souhaitait faire de la Nouvelle-France le pôle central de l’Empire colonial français[réf. nécessaire]. Pour mener à bien ce projet, il devait connaître l’état de sa population, ainsi que les bases économiques et industrielles que la colonie pouvait développer.

Jean Talon a dirigé le recensement en grande partie lui-même, voyageant de porte en porte parmi les établissements de la Nouvelle-France. Il n’a dénombré ni les Amérindiens,habitants autochtones de la colonie, ni les représentants des ordres religieux comme les Jésuites ou les Récollets.

Selon le recensement de Talon, il y avait 3 215 personnes en Nouvelle-France, réparties en 538 familles distinctes. Il y avait 2 034 hommes et 1 181 femmes. Les enfants et les célibataires étaient regroupés ensemble; 2 154 de ceux-ci ont été recensés, alors que seulement 1 019 personnes étaient mariées (42 de ces dernières étant veuves). 547 personnes habitaient Québec, 455 se retrouvaient aux Trois-Rivières, tandis que 625 vivaient à Ville-Marie (Montréal).

La plus grande tranche d’âge, les 21 à 30 ans, représentait 842 personnes, c’est-à-dire un peu plus de 26 % de la population totale de la colonie. 763 personnes étaient des professionnelles d’une certaine qualité, dont 401 occupaient la fonction de domestique, alors que 16 étaient inscrites comme « gens de qualité ».

Quant à l’autre question…

 Lors de la conquête en 1760, nous étions 60 000 environ. Est-ce exact?

 

La réponse à cette question, mon élève me l’a donnée…

70 000 65 000

en relisant ses notes de cours

Pour en savoir plus, cliquez ici.

En passant, j’ai appris un tas de choses en histoire en reprenant du galon.

Petite famille

Famille2 Joseph Quesnel

Ce sont des petits et des petites Quesnel.

Johanne avait partagé cette belle photo en 2009 je pense, et je languisais de la publier. Je suis patient et je respecte mes promesses… du moins j’essaie.

Cette triste et belle histoire a commencé avec cette photo.

Joseph Quesnel et Albertine Bousquet

J’ignorais presque tout sur cette lignée jusqu’à ce que Johanne m’écrive sur mon premier blogue hébergé sur Branchez-vous. com. Je peux maintenant vous montrer toute la série des précieuses photos de Johanne.

Le don de vous faire languir…

Ce n’est pas mon genre.

Vous devez le savoir depuis que vous me suivez depuis le tout début.

Cette photo m’a toujours ému.

Lucienne Quesnel

Morte en 1918 de la grippe espagnole

Vous devez le savoir comment je m’émeus facilement.

Lucienne était sur une autre photo qu’une de mes petites cousines éloignées avait dans sa précieuse collection de photos. Je peux maintenant la publier

La voici.

Famille2 Joseph Quesnel

À suivre

Alain, je ne t’ai pas oublié

Raoul Vézina

Alain Théorêt m’avait écrit le mois dernier sur Nos ancêtres. Il avait partagé ce qu’il savait sur mes ancêtres Léon et Honoré Sauvé.

CONSEILLERS STE JUSTINE LISTE DES MAIRES DE STE JUSTINE

Sans jeu de mots faciles, mon arrière-arrière-grand-père en aurait été honoré. Vous pouvez cliquer ici pour vous perdre dans le temps.

La photo d’Alain était accompagné de ces explications.

Raoul Vézina

Écrit à l’arrière LES VEZINA.

En premier je l’avais situé entre 1924 et 1929 parce qu’Eva Théorêt (1), fille de Toussaint Théorêt (3) et de Marie Cholette (15) s’est mariée le 01/09/1924 à Ste Justine de Newton. Le 13/02/1929 mourrait Marie Cholette (15). Le seul rapport entre les familles Théorêt et Vézina, c’est Olivier Vézina qui était marié avec Hermine Paiement décédé 29/06/1916 à Springfield Mass, il était témoin au mariage d’Edouard Paiement et Donalda Théorêt (14) le 16/10/1888 à Ste Justine, sœur de Toussaint (3). Plus rien. Surprise un jour je tombe sur Marie Tarsile Héléna Paiement (10) (je crois) né 22/07/1904 à St Polycarpe. Elle se marie le 08/06/1925 à la cathédrale de Valleyfield, avec son cousin Jean Baptiste Raoul Vézina (11) fils d’Olivier Vézina. Il est pharmacien de la paroisse St- Thomas de Springfield Mass, veuf de Louise Blanchard. Il ne reste qu’à spécifier pour les autres, (9) Léonie Paiement 25 ans, (13) sûrement un Vézina aussi chic que Raoul (11). Peut-être Olivier Vézina (1) et Édouard Paiement (2). Pour 4, 5, 6 sûrement des Paiement et 12 la femme inconnue.

Alain, je ne t’oublie pas.

À suivre…, mais je ne sais pas quand.

Sarah et Marie-Louise Blanchard

Écrit en 2012 sur Nos ancêtres…
Il y a une suite à cette histoire passe par Ste-Justine-de-Newton.

Nos ancêtres

J’espère que je ne vous ai perdu en chemin avec mon histoire de photo-mystère comme j’ai perdu mon ancien copain de collège Michel.

J’aurais dû plus me concentrer. J’en assume l’entière responsabilité.

Pour clore ce dossier, je vous ai trouvé cette photo sur Internet lors de mes fouilles généalogiques pour retracer Marie, l’épouse de Raoul Vézina.

Sarah Blanchard et sa petite soeur Marie-Louise

Marie-Louise est la mariée de la photo.

J’ai découvert que Raoul Vézina s’était marié avec Marie-Louise Blanchard le 9 octobre 1907. Il travaillait comme commis dans une pharmacie. Marie-Louise était sténographe. Il avait 21 ans, elle en avait 19.

Un beau roman…?

Ils auront six enfants. Le dernier enfant sera le petit Lawrence Vézina, né le 5 septembre 1923.

Marie-Louise décédera le mois suivant.

Raoul, veuf avec ses six enfants, se remariera le 8 juin 1925 avec Helen Paiement, probablement reliée à la famille Paiement de sa mère…

View original post 94 mots de plus