La famille Bourbonnais

Je suis relié de très loin à cette famille. J’étais donc fort intéressé par un message laissé cette semaine sur Ancestry.

Bon matin,

J’aimerais bien si vous pourriez partager la photo d’Amable Bourbonnais et de Marguerite Leduc qui est malheureusement privée afin que je puisse l’intégrer à mon arbre. Je ne le garde pas en ligne mais j’utilise plutôt le logiciel LEGACY.

En retour je pourrais partager mes informations sur la lignée de leur fils Michel Bourbonnais et Flavie Sauvé dit Laplante qui ont immigré dans l’est-ontarien. J’habite d’ailleurs cette région. Ma grand-mère, Hauviette Bourbonnais, leur arrière-petite-fille, nous a partagé un grand amour pour la nature. Son savoir des plantes médicinales venait de son père, Lorenzo Bourbonnais, lui-même amateur des grands espaces. Son savoir venait aussi de ses parents…

Au plaisir de partager plus d’information,

Christine.

Moi le partage ça me connaît depuis janvier 2008 sur mon blogue Nos ancêtres. J’ai tellement partagé que j’ai dû, faute d’espace, émigré sur Nos ancêtres II. 

Nos ancêtres II c’est pour vous permettre d’écrire à ma place, car j’ai vraiment trop écrit sur mes ancêtres et qu’à la longue je risque de vous ennuyer à mourir…

J’ai offert à Christine de partager et elle a accepté.


Ainsi, tel que prévu voici le dernier recensement (1851) sur laquelle leur fils Michel, son épouse Flavie Sauvé dit Laplante ainsi que leurs enfants sont énumérés au Québec.

Les prochains recensements de cette famille sont en Ontario dans le comté de Russell. Les descendants habitent encore pour la plupart dans cette même région à part quelques-uns éparpillés aux États et dans l’Ouest.

Ma lignée:
François-Xavier épouse à Embrun Ontario, Délina Charlebois le 22 février 1876
Lorenzo épouse Marie-Anne Germain dit Bélisle à Marionville Ontario, le 1 juillet 1913
Hauviette épouse Adrien Landry à Embrun Ontario, le 18 avril 1944

Je vous envoie une photo particulièrement aimé. On y trouve leurs petit-fils Lorenzo Bourbonnais et Maxime Millaire.

La photo a été prise chez Maxime Millaire à Embrun. De gauche à droite: Lorenzo Boubonnais, Gabrian Bourbonnais, Conrad Loiselle, Lucien Maheu, Jos Bourbonnais, Maxime Millaire, Béllé Martel, Trefflé Bastien. (date inconnue)

Maxime Millaire est le cousin de Lorenzo puisque sa mère est Joséphine Bourbonnais fille de Michel et Flavie. Joséphine Bourbonnais avait épousé Maxime Millaire, père, à Embrun 8 juin 1874. Gabrian (nommé aussi Gaby) et Jos Bourbonnais étaient les fils de Lorenzo et Marie-Anne.

Les gens des environs du village d’Embrun avaient leur routine de partir pour la chasse à l’automne dans le nord de l’Ontario vers Bessett. Ils ramenaient, plusieurs semaines plus tard, de la viande sauvage puis des canneberges qu’on appelait des atocas. Les vieilles familles ont encore des terrains de chasse / chalets dans ce coin-là.

Petite, ma grand-mère Hauviette racontait, qu’elle partait à pied avec son père l’hiver lever les collets. Son père avait des contrats pour des restaurants de Montréal et envoyait par train ses lièvres. Bien que ma grand-mère n’ait plus chassé après son mariage en 1944 puisqu’elle a donné naissance à 17 enfants, elle a tout de même montré aux derniers à installer des collets. Claudette, l’avant-dernière, raconte comment ils se levaient tôt le matin avant de partir pour l’école pour aller lever leurs collets. Ils revenaient à la maison excités de montrer leur récolte. Elle était si bonne que ma grand-mère leur a dit que s’ils voulaient continuer à installer leurs collets, ils devaient apprêter leurs lièvres pour les repas. Sa demande a aidé à diminuer leur chasse aux lièvres.

Bonne lecture

Christine

Le fils d’Alice

Difficile d’arrêter d’écrire sur la famille Beaudoin depuis quelques jours n’est-ce pas?

Collection Lise-Andrée Morin

Alice Beaudoin tient bien fort le bras de son fils Paul Brissette.

Paul était un aviateur lors de la Deuxième Guerre mondiale. Son insigne indique clairement qu’il était un mitrailleur sur un bombardier.

paul-brissette-air-gunner

Cette photo est sûrement prise à son retour de la guerre juste à voir tous ces beaux grands sourires… 

paul-brissette

Lise-Andrée a identifié sa tante Cécile Morin en bas à gauche. À droite, c’est sa mère Alvine Beaudoin. La jeune fille au centre est sans doute la jeune soeur de Paul Brissette. Je gagerais un petit 2$ sur Marguerite Brissette qui mariera Léon Napoléon Paradis en 1954.

Dans la rangée arrière, Anna Beaudoin est à droite. Elle ressemble beaucoup à la femme à ses côtés….

Paul avait deux autres soeurs: Simonne et Adrienne qui seraient à gauche. Simonne s’est mariée en 1941 et Adrienne en 1945. Difficile à dire qui est qui…

Facile par contre de connaître la raison de tous les sourires.

Je ne demande qui pourrait être le photographe…

paul-brissette-air-gunner

Je gagerais un autre petit 2$ sur Robert, le frère de Paul.

robert-brissette-1942

Collection Lise-Andrée Morin