Le plaisir de faire plaisir

Moi, j’aimerais bien qu’on m’écrive un jour pour me dire qu’on m’envoie la photo de mon arrière-grand-mère Henriette Alexandre.

Les chances sont minces par contre, mais on ne sait jamais. Ce que je sais, c’est que mon 3e cousin Joe Terrien a probablement jeté sa photo lors dans son grand ménage de vieilles photos.

Il ignorait qui elle était. Elle était la sœur de son arrière-arrière-grand-mère Marguerite Alexandre. Cette photo il l’a gardée précieusement.

Marguerite Alexandre

J’ai connu Joe trop tard…

Bon je me dis pour me consoler qu’Henriette devait ressembler à sa sœur.

Henriette Alexandre était la mère de mon grand-père Léo celui qui était un joueur compulsif dans les années 20. Il a arrêté de jouer après avoir tout perdu et mis sa famille dans la misère noire.

Dans la misère noire, ça je le savais quand j’allais chez mes grands-parents sur la rue St-André. Mon grand-père assis et qui ne me parlait pas, mon oncle Marcel dans sa chaise roulante qui roulait des allume-feu avec du papier journal, les feuilles de papier journal qui servaient aussi de papier de toilettes… 

Sauf que j’ignorais tout de ses ancêtres… son père, sa mère, ses frères, ses soeurs, ses oncles, ses tantes, ses grands-parents…

Plein de souvenirs me reviennent en vous écrivant tout ceci ce matin avec mon cerveau de petit garçon.

J’écris moins maintenant sur ce blogue et sur Nos ancêtres, mais j’écris encore beaucoup sur Our Ancestors, ma version anglaise de Nos ancêtres.

Mon anglais, je tiens ça des gènes de mon grand-père qui avait émigré aux États-Unis en 1889 avec Stanislas et Henriette et leur tralée d’enfants. Le petit Léo n’avait qu’un an. Il était le petit dernier d’une famille de 13 enfants. 

Je n’ai jamais arrêté depuis juillet 2007 de chercher mes ancêtres, tout comme les vôtres également, et partager le fruit de mes trouvailles.

Le plaisir de faire plaisir quoi… et de recevoir en retour des photos de ses ancêtres qu’on n’avait jamais entendu parler avant. Comme celle-ci envoyée par un petit cousin du Connecticut dont le père avait une collection de vieilles photos.

Stanislas Lagacé, le père du petit Léo, avec deux de ses petits-enfants, Harvey et Marie Lagassey, phographiés en 1895…

La prochaine fois…

Ma passion pour l’aviation s’est déchaînée quand un parfait inconnu m’a envoyé ces images des pages d’un album qu’il a sauvé in extremis de la destruction.

Il cherchait mordicus à savoir qui était Charlotte M. Campbell du 844 Bannatyne à Winnipeg. Difficile pour moi de dire non.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s