Notre petit miracle familial du temps des Fêtes

Texte de Lise-Andrée Morin

À cette période des Fêtes, j’aimerais vous raconter une histoire vraie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est l’histoire de ma petite-nièce Amélie et de sa victoire sur le cancer.

Amélie avait deux ans, elle était intelligente, parlait beaucoup pour son âge, elle était adorable. Sa mère, infirmière, détecta que sa petite n’allait pas bien. Elle l’amena voir le médecin qui lui fit passer une batterie de test. Le verdict tomba brutalement, elle souffrait d’une double leucémie, le lymphome de Burkitt et la leucémie lymphoblastique.

Elle fut amenée au Centre hospitalier de l’Université Laval à Québec. Alors commença une lutte pour sa survie. On lui administra des traitements de chimiothérapie durant un an. La petite comprenait ce qui lui arrivait, elle donnait des conseils aux infirmières pour ses traitements. Devant l’absence d’amélioration, il fut convenu d’essayer un protocole expérimental avec un réputé hôpital américain. C’était très éprouvant pour la petite, car cela durait depuis deux ans. Ses traitements étaient 1000 fois plus forts que la chimio d’entretien. À part de brèves sorties chez ses parents, qui ont cessé de travailler pendant sa maladie pour veiller sur elle jour et nuit, elle était constamment à l’hôpital. C’était avant la construction du centre mère-enfant, il n’y avait pas de lit pour les parents et des vieux fauteuils. Beaucoup d’enfants perdaient leur combat contre la leucémie. Les médecins et le personnel soignant étaient très dévoués auprès de leurs petits malades.

À un moment donné, la petite avait jusqu’à 52 diarrhées par jour. Son état se dégradait rapidement. Elle a attrapé une méningite et est tombée dans le coma.

Nous pensions que c’était la fin…

J’ai demandé Mamie Blanche de prier pour elle.

wpid-blanche.jpg

Elle m’a dit qu’elle allait téléphoner aux petites sœurs dominicaines de Beauport. Les sœurs lui ont dit qu’il y aurait une nuit de prière et une intercession auprès de mère Ste-Julienne pour sa guérison.

Sylvie, la mère d’Amélie, a veillé sur sa fille toute la nuit. Elle a prié à son tour : Si tu la veux, je te la donne, mais si tu me la laisses, guéris-la, je n’en peux plus de la voir souffrir.

Au matin, la petite a ouvert les yeux, elle a dit Maman j’ai soif. Trois jours plus tard, elle est sortie de l’hôpital. Elle a pu passer le temps des Fêtes avec toute sa famille.

Elle a été suivie par la suite, mais elle n’a eu aucune récidive. Aujourd’hui, elle a dix-huit ans. Elle est en parfaite santé. Son ambition a toujours été de devenir médecin. Ses nombreux traitements de chimiothérapie lui ont créé des difficultés pour comprendre la physique. Malgré des cours particuliers en physique, elle n’y est pas parvenue. Elle a choisi d’être une infirmière clinicienne avec un Bac. Ses résultats scolaires sont impressionnants. : des notes de 90 et plus. Elle déborde de joie de vivre.

C’est notre petit miracle familial du Temps des Fêtes.

Voici les photos d’Amélie
1- Photo d’Amélie 2 ans. Nous allions apprendre qu’elle souffrait de Leucémie.
Amélie
2- Amélie à l’hôpital
Amélie 1
3- Amélie avec son frère Olivier pendant une période de rémission. Elle porte un chapeau pour cacher l’absence de ses cheveux.
Amélie 2
4- Amélie
Amélie 3
Advertisements

12 réflexions sur “Notre petit miracle familial du temps des Fêtes

  1. Wow!

    Je pense que ça résume bien mon état d’esprit après lecture de ton billet au sujet de ta petite-nièce. Difficile de ne pas tomber en amour avec elle. Je lui souhaite la plus heureuse des vies et toute la santé qui va avec pour en jouir pleinement.

  2. Quelle histoire si triste d’avoir vu son enfant si malade, mais si surprenant une guérison si vite…guérie.
    Il se passe des petits miracles moi je dirais (grand miracle) pour cette petite, elle fera sa vie d’ une manière grandiose, elle sait…que la vie ne tient qu’à un fil et qu’il faut en profiter au maximum et c’ est ce qu’elle fait…
    Je lui souhaite une vie pleine et remplie de Bonheur! Belle histoire Lison, grand Merci de nous la partager et Joyeuses Fêtes parmi les tiens!!!
    Une histoire qui donne espoir aux petits malades, une belle raison de ne pas lâcher…

  3. Merci, j’y suis très attachée, elle est tellement généreuse et affectueuse. Pendant sa maladie, toute la famille était anxieuse. J’ai été longtemps incapable d’en parler sans me mettre à pleurer…

    p.s. J’ai donné un bisou à Ti-Blanc de la part de Michel en lui disant qu’il était un ami qui avait vu sa photo et qu’il aimait son sourire. Ses yeux se sont illuminés et elle a eu un hochement de tête parce qu’elle était un peu gênée mais heureuse…

    • Ça me rappelle la grande fille à qui j’avais donné des cours d’histoire cette année pour l’aider à passer son examen de Secondaire IV. Trop peu, trop tard. J’ai eu beaucoup de chagrin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s