Joyeux temps des Fêtes

IMG_3631

24 décembre 2015…

Que s’est-il passé dans l’histoire un 24 décembre?

Alcide semble toujours bien vivant…

En passant Michel…

bonne fête

Source

Advertisements

7 réflexions sur “Joyeux temps des Fêtes

  1. Merci Pierre pour cette belle recherche d’un 24 décembre que c’est très intéressant! jusqu’à nos jours, je vais y revenir et prendre le temps de tout revoir, c’ est comme une encyclopédie, un retour dans l’ histoire et moi qui adore comprendre.En avançant en âge, on a envie de ne rien manquer.Un 24 décembre, on peut dire qu’on se souviendra, il s’est passé bien des choses ce jour.Même durant la guerre les combattants prennent une pose avec l’ ennemi et se recueillent et partagent.Ça me fait penser à la chanson de Raymond Lévesque: Quand les hommes vivront d’ amour.Ça peut changer le monde….seulement de bons gestes.Un beau Joyeux Noël à vous et vos êtres chers.!

  2. C’est un vrai trésor, merci. Je vais le savourer à mon retour à la maison. Je dois aller au bureau de poste, mon petit-fils de 7 ans a une lettre importante à envoyer au Père Noel. Il n’avait pas encore envoyé sa demande au Père Noel, et il a peur qu’il passe tout droit cette nuit…Sa maman et moi devons aller chercher un cadeau de dernière minute…qui sera placé dans le traîneau du Père Noel.

    • N’aie crainte Lise-Andrée, je connais bien le Père Noël. C’est moi qui lui ai montré le fameux tréma sur le « e ». Il ne peut rien me refuser…

  3. Il y a un événement marquant qui semble manquer à cette liste au demeurant fort complète. Ça s’est passé aux alentours de 1948, un vendredi, vers 5 h 30, à Montréal-les-Bains. Il ne devait probablement pas faire soleil, avec 15 degrés Celsius à l’extérieur. J’ignore qui assistait alors à l’heureux (?) événement, mis à part mon père, et je ne le saurai jamais: aïeux paternels et maternels, oncles et tantes, parrain et marraine, qui sait? Si j’avais à parier, j’opterais pour la plus stricte intimité. Ma mère était sans doute restée une semaine à l’hôpital, comme c’était la règle dans le temps, après quoi je serais sorti tout emmitouflé, dans les bras de je ne sais trop qui, pour affronter le monde. J’avais gagné mon premier combat là où mon petit frère et ma petite soeur avaient échoué : je leur dois la vie, littéralement. Au risque de me répéter, s’ils avaient survécu, si l’un ou l’autre avait survécu, je n’aurais sans aucun doute jamais vu le jour.
    Malheur ou bénédiction? Difficile à dire, une fois le bilan réalisé, 67 ans plus tard. Probablement un peu des deux. J’ai eu mon lot de déceptions et de joies, comme un peu tout le monde. L’important est d’avancer sans trop trébucher chemin faisant.
    Joyeux Noël à toutes et à toutes!
    (… et merci à Pierre pour le biscuit. J’ai saisi le jeu de mots vers 9 h 30. Te connaissant, j’aurais dû m’en douter)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s