Histoire de la famille Thibault – sixième partie

Texte de Denise Thibault

À peine quelques mois après notre arrivée, nous vivions la grande douleur de perdre notre grande sœur Jeannine, la 2e enfant de la famille. Au mois d’août à l’âge de 19 ans, elle meurt d’une courte maladie d’à peine 4 jours. Elle est devenue paralysé des suites de la poliomyélite. Jeannine était notre grande sœur et une petite mère pour les derniers de la famille. Elle était si bonne et dévouée. Quelques temps auparavant, Noëlla et Rolande avait eu cette maladie et elles avaient été hospitalisées à Québec, recevant des traitements de deux hôpitaux. Heureusement pour elles, les traitements ont été efficaces et elles n’en ont gardé aucune séquelle…

Jeannine devait partir en septembre, inscrite dans une école spécialisée, l’École ménagère de Ste-Germaine-de-Dorchester. Quelle grande peine nous avions eue. Nous imaginions Maman. Ce qu’elle a dû pleurer souvent même si, devant nous, elle devait faire attention de ne pas trop nous peiner. Quand devenus adultes, elle nous en parlait et disait avoir pleuré son départ lorsque les enfants étaient partis à l’école et qu’elle y pensait… Ce qu’elle pouvait lui manquer sa grande fille.

En septembre, nous les enfants… les filles nous étions inscrites au Couvent des Sœurs-du-Bon-Conseil à Forestville et les garçons au Collège Dominique-Savio sous la direction des Frères des Écoles chrétiennes. Les deux écoles étaient situées l’une en face de l’autre, et il ne fallait pas regarder du côté des garçons. Les religieuses faisaient la morale, mais on les regardait les petits garçons habillés de leur blazer de couleur marine, chemise blanche, cravate et leur pantalon gris…. nous les filles : jumper gris et blouse blanche avec un petit collet empesé et le petit ruban bleu marin autour du collet. Et c’était à ne pas oublier. Les sœurs nous en faisaient la remarque si le tout n’était complet… Ce qu’elles étaient sévères à comparer à aujourd’hui….

Nous étions des enfants qui réussissons bien en classe, nous étions chanceux, nous avions une maman qui avait été enseignante et on pouvait lui demander et elle nous aidait à corriger nos devoirs et comprendre les difficultés s’il y avait lieu…

Dans l’autobus scolaire, le matin en s’en allant en classe, il y avait de mes compagnes qui demandaient mes corrections tout en sachant que moi, j’avais la chance de me faire corriger et d’approfondir mes règles de grammaire et mes mathématiques que j’avais eues en devoir…

Il ne faut pas oublier qu’à cette époque, on avait un cahier à l’encre et on se servait de petites plumes saucées dans l’encrier pour notre plus belle écriture. Et il fallait le faire d’une façon soignée sans faire de taches dans notre beau cahier.

Quand Papa décéda à 47 ans, les derniers n’étaient pas tellement vieux Laurent et Rolande avait 4 et 5 ans, moi j’en avais 15. Maman très courageuse réussit à faire fonctionner le moulin avec mes frères. En y travaillant à la place d’un homme… de peines et de misères et en se privant pour réussir à faire instruire les cinq derniers de ses enfants.

Après la pluie vient le beau temps….

À suivre

Publicités

12 réflexions sur “Histoire de la famille Thibault – sixième partie

  1. Les souvenirs de Denise, que j’imagine couchés avec le plus grand soin dans son cahier à l’encre de l’époque, sont un vent de fraîcheur en cette ère technologique du rapidement vécu et du tout aussi rapidement oublié. Il se dégage, jusqu’à maintenant, de toutes ces pages offertes à notre lecture le sentiment général d’une entraide et d’un amour entre membres d’une même famille, parents comme enfants, que l’on retrouve beaucoup plus rarement dans nos familles nucléaires d’aujourd’hui. Et, à mon humble avis, c’est dommage. Sur un strict plan généalogique, ça n’y change rien, mais sur un plan humain, on ne peut que le regretter.

    O tempora, o mores comme disait le poète.

  2. Merci Pierre pour cette sixième partie très tôt ce matin, ce que vous êtes lève-tôt!

    Le beau commentaire de Michel ça fait chaud au cœur, c’est comme de nouveaux membres ajoutés à ma famille, des amis du cœur. Merci vous êtes les bienvenus!

  3. J’ai lu avec plaisir ce beau texte qui relate le courage de ces femmes qui ont pris seules les charges de leur famille. Les corrections de votre maman ont été fructueuses car votre français est excellent et vos écrits se lisent comme du bonbon de Noel (j’ai pas trouvé le trémas). Vous avez sûrement écrit dans votre cahier à double ligne les lettres de l’alphabet. Nous écrivions a a a a a a b b b b b en lettre attachée.
    A dix ans, j’ai eu la poliomyélite. C’était vers la fin du pic de l’épidémie, je n’ai pas de séquelles sérieuses, sinon la difficulté de me relever lorsque je suis à genoux par la force de mes jambes. C’est avec mes mains et mes bras que je me relève. Il y a eu beaucoup de mortalité durant cette terrible maladie, et beaucoup des personnes lourdement handicapées.
    A demain…

  4. J’ai connu l’enseignement dans des écoles séparées des garçons. Je me pose une question. Pourquoi, les personnes qui avaient fait vœux de chasteté parlaient toujours de péchés reliés à la tentation. Tout était propice au péché. Dans ma jeunesse, j’étais constamment en était de péché. Une pensée, un désir, un baiser…tout était défendu. Moi avec ma nature rebelle…imaginez

  5. Merci pour vos beaux commentaires! Lison vous avez vécu des choses semblables, même la maladie de la poliomyélite.Nous avons connu le même cheminement scolaire ça se passait ainsi…
    J’ apprécie beaucoup et je vous retourne le même compliment, j’ai du plaisir à vous lire. Au plaisir de se retrouver sur le Blog…Nicole et Lise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s