Faire revivre nos ancêtres

C’est ce que j’avais choisi comme sous-titre à Nos ancêtres II.

Nos ancêtres II est la suite de Nos ancêtres.

Ceux et celles  qui me suivent, depuis le début, savent que je ne pouvais y ajouter d’autres photos et autres documents, ma capacité  sur WordPress étant presque atteinte.

Pour survivre, j’avais donc dû migrer un peu comme 900 000 Canadiens français qui l’avaient fait au XIXe et au début du XXe siècle aux États-Unis comme mon arrière-grand-père Stanislas Lagacé à  Bristol au Connecticut en 1889.

close-up-pierre-lagasse-and-stanislas-lagasse

Pierre Lagacé et son frère Stanislas

Une migration virtuelle par contre…

J’ai fait  revivre sur Nos  ancêtres son fils Léo, mon grand-père, affectueusement surnommé  le gars de  party, que je ramène à la vie ici à l’occasion.

Léo  et sa belle-fille Aline

Mon grand-père Léo Senior parlait peu et buvait beaucoup… tout comme son fils Léo que j’aime encore malgré tous ses défauts.

leo lagace 1931

Léo Junior à l’âge de 3 ans environ

Moi je parle beaucoup et je bois peu… J’ai un peu brisé la tradition.

Ceux et celles qui me connaissent savent que mes ancêtres m’ont façonné sans s’en douter. Mon grand-père Euclide, qui parlait peu et buvait peu, pouvait aider tout le monde sans jamais demander rien en retour.

Aldama et Euclide

Aldama Sauvé et son frère Euclide

C’est mon oncle Florent qui me l’avait dit avant que sa mémoire le fasse mourir en 2012…

Pierre, 3 ans et demi. Euclide Sauvé, Florent Sauvé, Pierre et Léo Lagacé. Photo prise à la maison de mon grand-père Euclide

Pierre, 3 ans et demi. Euclide Sauvé, Florent Sauvé, Pierre et Léo Lagacé. Photo prise à la maison de mon grand-père Euclide

Ma tante Evelyne aussi, avec ses vieilles photos, est celle, qui sans s’en douter, allait me donner la piqûre pour la généalogie.

Léon Sauvé

Léon Sauvé, le père d’Euclide

Honoré Sauvé et Julie Leroux

Honoré Sauvé et Julie Leroux, parents de Léon

La belle Evelyne est allée rejoindre son beau Florent l’année dernière…

Faire revivre nos ancêtres, c’est un peu tout ça, sans prétention aucune, mais avec beaucoup de présomption à l’occasion…
imageun brin d’humour…
image

Et beaucoup  de place pour ceux et celles qui souhaitent faire  revivre leurs ancêtres  et leurs  descendants…

wpid-blanche.jpg

Bonjour Pierre,

C’est aujourd’hui le 100e anniversaire de Marie-Blanche Tessier surnommée affectueusement Ti-Blanc. Je t’envoie ce graphique de ses descendants et j’aimerais que tu le fasses paraître dans ton blogue.

Je suis allée la voir hier et nous avons parlé de sa vie. Je lui ai demandé ce qui avait été le plus important dans sa vie. Elle m’a dit que c’était d’avoir rencontré son beau Paul-Henri, qui a été l’amour de sa vie. Il est décédé à près de 90 ans. Cela a été la naissance de ses enfants, ses petits-enfants et ses arrières petits enfants. Toute sa descendance est présente dans le graphique. J’ai enlevé les partenaires qui n’ont pas eu d’enfant dont moi-même. Il y a eu sa grande foi en Dieu, qui l’a soutenue tout au long de sa vie. Dans le temps de la guerre, la vie était difficile et les gens du pays étaient très pauvres. Aussitôt que les semailles étaient faites, Marie-Clara, sa grand-mère s’en allait aux États-Unis pour travailler dans les usines de textiles comme Wivi (je ne sais pas comment cela s’écrit). Pendant ce temps, Marie-Blanche était pensionnaire et elle faisait des ménages pour gagner un peu de sous. Elle pensait devenir religieuse, mais elle a eu les fièvres typhoïdes. Pendant un mois, elle a été alitée, elle a bien failli mourir. Elle est retournée chez elle à St-Casimir pour sa convalescence. Après cela, il n’était plus question de retourner chez les religieuses.

Paul-Henri travaillait pour le magasin général à St-Casimir, il livrait avec une voiture attelée la marchandise dans le comté de Portneuf. Souvent, l’hiver à cause des tempêtes, il devait coucher chez l’habitant car les chemins étaient impraticables. Un jour, le magasin a fermé et Paul-Henri fut incapable de se retrouver un emploi. Il habitait dans une belle grande maison à St-Casimir qu’il avait héritée de ses grand-parents. Marie-Blanche qui avait toujours vécu en campagne s’est vue obligée de déménager à Québec dans un logement au deuxième, elle a beaucoup pleuré la perte de son environnement et de sa belle maison. Pour compenser, elle a fait partie de la chorale de Beauport durant 35 années et du cercle des fermières. Elle a distribué des tonnes d’amour autour d’elle. Jamais de critiques négatives, beaucoup d’empathie et une grande intelligence émotionnelle. C’est la personne la plus généreuse et tendre que j’ai rencontrée. Bon anniversaire à ma belle-mamie chérie.

Lors de notre conversation, elle m’a révélée que son père avait déserté de l’armée car il n’aimait pas cela. Elle m’a dit aussi, qu’elle avait fait inscrire le nom de son père sur l’épitaphe pour qu’il ne soit pas oublié. Le corps de son père n’a jamais été rapatrié car ils étaient trop pauvres pour le faire. Elle m’a dit que c’était très probable que sa grand-mère ait épousé son grand-oncle François-Xavier. Donc ton instinct ne te trompe pas. Tu peux tout dire puisque Mamie est au courant de tout. On peut expliquer le contexte de l’époque.

Je te remercie de m’avoir aidé tout au long de ma démarche. Vendredi prochain, je vais la visiter et je vais lui apporter les pièces que tu m’as fournies. J’ai demandé à Photocopie de la Capitale de faire un graphique de tous ses ancêtres. Je lui remettrai un rapport des ancêtres de Paul-Henri aussi.

Amicalement

Lise-Andrée

À suivre…

2 réflexions sur “Faire revivre nos ancêtres

  1. Bonjour, Je suis sur les traces de mon arrière-grand-mère du côté paternel, Elle s’appellait Marie-Amanda Langlois, son nom de fille Gendron et son mari, Azarias Langlois. Ils ont vécu à St-Casimir dans Porneuf. Je sais qu’Amanda et Azarias ont travaillé à la manufacture d’allumettes avec mon grand-père, Joseph et sa soeur, Cordélia et deux frères, Honoré et Henri. Malheureusement je n’ai pas de photo de ma famille. Si quelqu’un les reconnaît ou les a comme ancêtres, je serais tellement reconnaissante de me les faire partager. Je suis la fille de Julien Langlois né lui aussi à St-Casimir et de Rose-Euphémie Langlois (Duchaineau), fille de Élise Morasse et de François-Xavier Duchaineau.

    • Bienvenue sur le site Chantal. Je vais mettre votre commentaire dans un prochain article afin que tous mes lecteurs et mes lectrices le voit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s