Joseph Mignier a vécu l’année des Anglais

Comment l’histoire aurait dû nous être racontée sur les bancs d’école…

image

Advertisements

7 réflexions sur “Joseph Mignier a vécu l’année des Anglais

  1. Septembre 1759

    Tiré de Wikipedia

    Le vendredi 7, à 21h, Scott et ses hommes jettent l’ancre en face de Kamouraska[59].

    Le samedi 8, …
    à 13h, Scott envoie un petit groupe d’hommes à terre pour patrouiller la région. La patrouille ramène un prisonnier et l’interroge.
    la descente prévue à marée haute sur la Côte du Nord entre Pointe-aux-Trembles (aujourd’hui Neuville) et Saint-Augustin est annulée en raison de la forte pluie. Le signal que l’opération est reportée est donné à 1h30 le 9 septembre[61]. L’opération est finalement annulée complètement car Wolfe change d’idée concernant le lieu de la descente. Il préconise maintenant l’Anse au Foulon[62].

    Le dimanche 9, à 2h30, Scott débute le débarquement de sa troupe environ trois milles à l’est de l’église de Kamouraska. Les soldats sont tous débarqués vers 14h. Ils brûlent 56 « maisons[63],[59] ».

    Le lundi 10, la troupe de Scott brûle 109 autre maisons à Kamouraska[59].

    Le mardi 11, la troupe de Scott marche de Kamouraska jusqu’à la rivière Ouelle, où l’on brûle 121 maisons[59].

    Le mercredi 12, on brûle 55 maisons et vole des bêtes au cap au Diable, à l’embouchure de la rivière Ouelle[59].

  2. Premier prix de calligraphie à Iacque Lesclache, ‘baptiseur’ de Joseph Mignier!

    (Noel Lisot, sans doute un ancêtre de la ‘trâlée’ de Lizotte qui parsème le Bas du Fleuve, et plus spécialement Sainte-Anne-de-La Pocatière, qui aura bercé une infime partie de mon enfance)

  3. et, oui, c’est effectivement de cette façon qu’on aurait dû enseigner l’histoire sur les bancs de ton école et de la mienne.

  4. La Grande Anse

    Sainte-Anne-de-la-Pocatière

    Origine et signification
    En 1678, monseigneur de Laval érige une paroisse sous le nom de La Combe, sur la rive sud du Saint-Laurent, dans la région de Kamouraska. Celle-ci prend bientôt le nom de Grande-Anse, parfois Sainte-Anne-de-la-Grande-Anse, qu’elle conservera jusqu’en 1721. Cette appellation soulignait que le fleuve forme une anse d’environ 14 km de la pointe Saint-Roch à la pointe de la rivière Ouelle; les Amérindiens désignaient cette entité naturelle comme Kamitsitsit ou Kannissigit, endroit où il y a beaucoup de castors, et les francophones comme La Grande Anse. Outre le nom de La Combe, les lieux ont également été désignés sous celui de Sainte-Anne-du-Sud, afin de les distinguer de Sainte-Anne-de-Beaupré, dénommée pendant une courte période Sainte-Anne-du-Nord, sur la rive nord du Saint-Laurent. Pour ce qui est de l’identification présente de la municipalité créée en 1845 et dont La Pocatière s’est détachée en 1960, identique à celle du bureau de poste établi en 1831, elle provient, en partie, de la seigneurie La Pocatière, jadis seigneurie de la Grande-Anse, concédée, en 1672, à Marie-Anne Juchereau de Saint-Denis, veuve de François Pollet de La Combe-Pocatière (endroit dans le Dauphiné, en France), capitaine réformé du régiment de Carignan et maréchal des logis, qu’elle avait épousé en 1669. Le père de Marie-Anne Juchereau, Nicolas, avait cédé, en 1670, à son gendre, «une demi-lieue de terre de front sur deux lieues de profondeur dans les terres, faisant partie du fief… nommé par les Français la Grande-Anse». Le paysage géographique pocatiérain se caractérise par la présence de protubérances dénommées pitons ou butons, mot parfois orthographié buttons, de même que par le cours de la rivière Saint-Jean qui y coule parallèlement à la rivière Ouelle, à quelque 15 km au sud de Rivière-Ouelle. Ces formations sont les lambeaux d’une ancienne surface appalachienne déchiquetée par l’érosion, ce qui donne un relief un peu désordonné, en buttes, près du Saint-Laurent. On retrouve à cet endroit une très ancienne école d’agriculture (1852) avec station de recherche.

    Source : Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d’un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d’un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s