Mon Oncle et ma Tante des États

Mon Oncle et Ma Tante des États, texte de Lise-Andrée  Morin

Il paraît qu’au 19ième et 20ième siècle, près de 900 000 Canadiens français partirent pour les États-Unis pour trouver du travail. J’avais de la famille à Lowell Massachusetts. Elle travaillait dans les usines de textiles. À un moment donné, il y avait 24 000 Canadiens français qui vivaient dans la ville de Lowell. On appelait cette ville: Le petit Canada.

Mon père qui était musicien avait composé une chansonnette pour ma mère dans laquelle il disait qu’elle était partie pour Lowell et qu’il devait partir à sa recherche. Je me souviens qu’à presque tous les étés, le frère de mon grand-père qui était établi à Lowell, venait au Québec et visitait la famille: Les Morissette. Ils venaient de loin. Nous, les enfants, étions impressionnés par ces personnes extraordinaires qui arrivaient par train.

Je me demande ce qui a poussé autant de personnes à tout laisser derrière elles pour se construire une nouvelle vie dans un autre pays. Il semble qu’une suite de mauvaises récoltes, le manque de ponts et routes pour communiquer avec les terres vacantes de la Couronne. Les concessions, faites à un seul individu ou à des compagnies, de très vastes étendues de terres. Le chômage saisonnier qui touchait la main-d’œuvre agricole en hiver. Les salaires qui étaient plus élevés aux États-Unis qu’au Canada. La corruption et les privilèges que détenait le locateur de concessions forestières de dépouiller le lot du colon, sont parmi les nombreuses raisons qui ont favorisé l’émigration des Canadiens français vers les États-Unis.

Est-ce qu’il y a encore des personnes qui parlent couramment le français dans ces États américains? Eh bien oui, les franco-américains représentent 15% des effectifs du New Hampshire et 10% ou plus de ceux du Rhode Island et du Vermont. Ils semblent que ces franco-américains à cause de leur poids démographique bénéficient d’une bonne organisation sociale et d’une fraternité linguistique avec le Québec. Il y a des rencontres et des colloques organisés entre les deux pays pour tenir compte de la réalité franco-américaine. Cette réalité est composée des descendants de nos ancêtres.

En construisant ma généalogie, je m’aperçois que plusieurs ancêtres ont vécu aux États-Unis. On en retrouve au Vermont, au Massachusetts, au Maine, au Rhode Island, au New Hampshire et au Connecticut pour la plupart.

Il est prouvé que ce sont surtout des jeunes gens, fils de cultivateur qui, par leur habitude du travail, leur vigueur, leur jeunesse et leur courage, formaient la classe la plus utile à la société dans ce temps là. Ils émigrèrent aux États-Unis entre 1840 et 1930.  Lorsqu’en 1930, les États-Unis fermèrent leur frontière, nous avons récupéré près de 100 000 personnes. Si cette émigration n’avait pas eu lieu, certains estiment que nous serions près de 9 millions au Québec. Est-ce que cela aurait  changé le destin de notre pays?

Source: Données statistiques : L’émigration des Québécois aux États-Unis de 1840 à 1930 de Yolande Lavoie.

Advertisements

5 réflexions sur “Mon Oncle et ma Tante des États

  1. Effectivement ! Mes deux grands-mères sont nées une à Lowell Masssachusset et l’autre à Marinette dans le Wisconsin.J’ai encore des cousines qui habitent le Massachussset et le New-Hampshire et qui parlent français et avec qui je correspond. Ma grand-mère maternelle Gertrude Richer elle est revenue au Québec en 1889, elle avait 5 ans, quant à ma grand-mère paternel, Angelina Versailles, elle est venue à Montréal pour ses 21 ans voir sa demi-soeur qui était naine Rose Dufresne qui avait épousé Philippe NICOL qui avait le Palais des Nains rue Rachel est à Montréal. Là, elle a rencontré le frère de son beau-frère et grâce à cela , je suis là !!! Comme elle ne revenait pas à Lowell étant majeure, ses parents l’ont déshéritée, elle l’a su vers la cinquantaine lorsque sa mère est décédée.
    Lien vers le Palais des nains : petite histoire plein de photos pour ceux qui se souviennent :
    http://www.migrations.fr/le_palais_des_nains.htm
    Belle journée
    et grosses bises de France à toi mon cher cousin,
    Jocelyne Nicol-Quillivic

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s